Planet Earth : polémique

Publié le par bhanlarouge

Je suis très étonnée de la vague de mécontentement que soulève Planet Earth.

Le phénomène ne se limite pas, loin s'en faut aux fans français : partout la polémique fait rage, les avis sont pour ou contre. Je trouve toutefois qu'il y a beaucoup, énormément d'avis négatifs. J'ai l'impression que le mouvement est de plus grande importance que pour Musicology ou 3121.

.

Ce qui est assez inquiétant.
Ou est-ce simplement normal ?

.

J'ai longuement réfléchi à la question ce soir, suite à une avalanche de mails dans la mailing liste de la PABW.

Je comprends les déceptions des uns et des autres, et je suis sciée de voir que même Raphy, l'increvable Raphy est déçu.

La claque !

.

Je me refuse à décréter un album de Prince "pas terrible" tant que j'ai pas lu les paroles.

Surtout depuis qu'en 1989 j'ai été une des premières à cracher sur Batman, pour me rendre compte à quel point j'étais dans l'erreur, mais 10 ans plus tard.

.

J'ai écouté Planet Earth 2 fois.

Pendant la première, j'ai écrit ma chronique, pour bien me rappeler de mes premières impressions. Vous l'avez lue, vous l'avez commentée.

Pendant la deuxième, je mettais en forme mon article, et je me suis surprise à déjà avoir des avis différents sur Mr Goodnight, Chelsea Rodgers et Revelations.

J'ai écouté encore une fois les 3 premiers titres, puis exprès je me suis privée de l'écouter, afin de voir en 2 jours ce que j'en retiens de tête.

Il y a franchement des titres que j'ai hâte de ré-écouter, d'autres qui ma foi devront faire l'épreuve du temps.

Et j'ai su aussi que j'allais avoir des tas de choses à "updater" dans mon article, un premier jet qui vaut ce qu'il vaut, mais qui est loin d'analyser les choses en profondeur.

.

Parce que le son de la preview est super merdique, je ne me force pas à écouter l'album.

Pas la peine d'insister, sans les hautes fréquences (et tout ce qui se barre quand on encode @ 96 k), je vais rien capter, m'abimer les oreilles.

Bourgeoise sur la qualité du son La Rouge. :-)

.

Je ne suis ni surprise, ni déçue, car quelque part je m'étais préparée à avoir un album différent, qui me dérangerait. Et avec lequel j'aurai du mal.

Pour préciser ma pensée, en fait dès que j'écoute un nouvel album de Prince, je suis déçue.
Je dois m'accrocher grave pour comprendre, apprendre et aimer.


A chaque fois c'est pareil, il me dérange dans mon petit confort. Il m'énerve à bousculer mes certitudes. A sortir des sons qui me rappellent vaguement un truc, mais en même temps je ne sais plus quoi (faire des recherches), mais qui me donne une impression de déjà entendu tout en étant différent (très énervant).

Alors je fais un très gros effort sur moi même, parce que c'est Prince, et à la fin je finis par entrer dedans et l'aimer (sauf rares, très rares occasions).

.

Ce n'est pas comme si c'était depuis 2 ou 3 albums que ça me fait ça.

Le premier album que j'ai acheté, Around The World In A Day, m'a fait exactement la même chose. A part un titre pour moi ("Raspberry Beret") le reste c'était de la merde.

.

Un an plus tard, Parade, rebelote. j'ai mis Parade au placard, j'ai ressorti Around The World In A Day, et j'ai trippé grave.
Et ainsi de suite.

Il n'y a qu'à Lovesexy que j'ai été scotchée dès le départ, et à O(+> aussi.

.

Purple Rain ça compte pour du beurre vu que j'ai du l'écouter pour la première fois en 1988 (oui j'avais du retard).

Sinon en 1984 j'avais vraiment détesté Purple Rain, le single.

Qu'est-ce qu'elle m'avait gongflé cette chanson, je ne comprenais pas ce que tout le monde lui trouvait, pour moi ça n'était vraiment pas ce que tout le monde s'accordait à en dire.

Je me souviens d'un camp de vacances en été cette année là où j'avais découvert un 45t de "When Doves Cry" à la boum, qui m'avait laissé complètement froide. Mon commentaire : "N°1 aux USA, c'est n'importe quoi".

Pour tous les albums autres que ceux que j'ai cité, sans exception, ça a été hyper dur.

.

Quand j'ai réalisé l'année suivante que Prince c'était important et qu'il fallait rester up-to-date avec un lascar pareil, j'ai quelque part un peu forcé ma personalité, étant quelqu'un de plutôt lent (on dirait pas, mais je jure que c'est vrai).

.

Par conséquent, même si au bout de 10 écoutes, l'album finalement ne le fait toujours pas, je ne m'en fais pas. J'ai encore toute ma vie pour l'apprécier. Parce que je sais que ça va arriver, c'est mathématique. A chaque fois c'est pareil, je commence à connaître la chanson. J'ai du retard à l'allumage, mais je me soigne.

.

Maintenant, est-ce que le débat ne serait plutôt pas, sommes nous en présence d'un grand album de Prince qui va marquer son temps, ou d'un album honnête point barre qui passera, comme d'habitude, complètement inaperçu, sauf de nous ?

.

Est-ce que l'attente d'un certain nombre d'entre nous ne serait pas plutôt :

"Vivement que Prince fasse un album qui me déchire, emporte la critique, vende des millions d'exemplaires, même à mon voisin ou ma collègue de bureau qui n'y bite rien à la musique, afin que j'ai l'air moins con à continuer de tripper pour un artiste dont les moins de 16 ans ne connaissent même pas l'existence ?

Que je puisse leur dire : vous voyez, je vous l'avais bien dit !"

.

Je peux vous donner la réponse de suite : non.

.

Sauf accident, même avec les concerts, même avec le barouf de la sortie de l'album dimanche prochain dans The Mail On Sunday (article à venir), Prince continuera à passer quasimement inaperçu, et/ou pour un eccentrique qui fait rien comme personne et qui fait l'intéressant pour qu'on continue à parler de lui.

.

Il n'y a qu'à voir la précommande du single "Guitar" au Virgin Megastore des Champs Elysées : 10.

Tout à fait révélateur.

.

Que l'album ait du succès ou pas je m'en contrefiche.

Depuis quand faut-il emporter la voix des masses pour que ce que l'on fasse artistiquement ait de la valeur ?

Ce qui m'intéresse dans cet album, et dans la manière que Prince a de le marketer, c'est ce que ça va m'apprendre.

.

Mine de rien, par rapport à l'histoire de la musique, album terrible ou pas, ce qu'il fait en Angleterre est une première mondiale (une de plus).

.

Maigre consolation ?

.

Mais il me semble que c'est ce qui intéresse prodigieusement Prince ces derniers temps : qu'on se souvienne de lui comme d'un pionnier.

.

La musique, il nous l'a révolutionnée 3 mille fois en 30 ans.

Parfois j'ai même l'impression qu'il fait des albums par habitude, pour pouvoir continuer à proclamer qu'il peut en sortir un par an, et que c'est unique, ou qu'on puisse le dire plus tard. Ou parce que ça sert sa vision de l'industrie de la musique de demain. Mais plus du tout parce qu'il a un truc dérangeant à dire.

.

A presque 50 ans, nanti, viviant dans sa bulle de VIP, a t'il seulement les capacités de sortir ses tripes sur chaque album ?

Et à quel propos ?

.

Pas sur des sujets personnels.

Ou alors faut qu'il arrête de vivre dans le déni, dans cette course effrénée vers demain en faisant systématiquement une croix sur les douleurs du passé sans les exorciser, juste en "prétendant que ça n'est pas arrivé" (citation de Prince à propos de son mariage avec Mayte).

.

Pas sur des sujets de société.

Avoir le culot d'écrire un titre comme Planet Earth, parce que comme le tout Hollywood, on a fini par voir le film de Al Gore "An Unconvenient Truth" et qu'on s'en est ému, quand on continue de se déplacer en jet privé comme qui rigole pour donner un concert dans le sud de la France et s'en retourner le lendemain, c'est assez balaise comme hypocrisie.

.

Las Vegas pour se rendre compte des problèmes sociaux qui secouent le quotidien des terriens, c'est assez limité comme horizon.

Nous a jamais parlé de délocalisation, non plus. Mondialisation ? Connait pas. Aux abonnés absents le Prince.

.

Et la pandémie d'obésité sur la surface du globe ? Les scandaleuses pratiques de l'industrie agro-alimentaire sur non seulement les OGM, mais les huiles hydrogénées et le sirop de glucose ?

Le H5N1, le quoi ?

Au fraises Prince, pas concerné.

.
Devenu végétarien, il a préféré nous seriner qu'il ne fallait pas manger les gentils animaux que Dieu à créé. A coté de la plaque complet.

.

On a l'album qu'on a, parce que et à cause des propres choix de Prince : de religion, de proches, de style de vie. Qui sont pour beaucoup d'entre nous, très discutables, ou très loins de nos propres réalités.

Mais c'est le seul que Prince puisse produire à l'heure actuelle, dans ces conditions. Avec le style de vie qu'il a choisi.

Et il faudra nous en contenter.

.

On est très loin de The Rainbow Children, certes, mais à cette époque, Prince avait une vie très différente. Radicalement à l'opposé de ce qu'il est (re)devenu. Et cela n'est, semble t'il pas seulement lié au fait d'être Témoin de Jéhovah.

C'est bien plus profond.

.

Mavis Staples s'est étonnée récemment dans un article, de son attitude. Après avoir dîné avec Prince à Las Vegas, elle s'est demandé si sa religion voulait dire grand chose pour lui, parce que, et je la cite texto, elle a vraiment eu l'impression de voir "the old-Prince".

.

J'ai beaucoup repensé à la signification de cette phrase, parce qu'elle trouvait un écho naturel en moi, dans un constat que j'étais sur le point de faire, bien qu'ayant encore quelques incertitudes.

Prince, celui qui a écrit "big cars and women, and fancy clothes with save your face but they won't save your soul", semble avoir changé radicalement ces dernières années, nous en avons tous fait le constat.

Mavis Staples il me semble fait référence au Prince d'avant "My Name Is Prince" ou "Letitgo". D'avant la prise de pouvoir de O(+> son alter-ego.

Celui dont les principes, plus humains, nous ont plu dans les années 90.

Il est redevenu, dans une certaine mesure, ce qu'il était de pire. Mais c'était à prévoir, et il l'a voulu ainsi. Nous devons respecter cela.

.

S'il persiste dans cette voie on peut d'ores et déjà parier que les prochains albums seront de moins en moins en phases avec nos réalités, tout autant que de moins en moins enclins à nous faire rêver.

.

Nous les trouverons de plus en plus vide de sens, voire aseptisés.

1/  Parce que lui le veut comme ça.
2/ Parce nos vies sont à l'opposé de la sienne et que les écarts continuent de se creuser ses préoccupations et les notres.
3/ Parce qu'ayant nous même rangé un grand nombre de nos idéaux au placard, nous avons moins propension à nous laisser porter par ceux des autres, puisqu'on sait que c'est chimère.

.

Jusqu'à preuve du contraire, c'est son oeuvre, et nous n'avons aucun droit de regard dessus. Ce manque de contrôle, par un manager, une maison de disque qui jouerait les garde fous et le renverrait à ses chères études de temps à autre, nous frustre parce que nous savons ce dont il est capable et nous sommes toujours persuadés qu'il peut, s'il s'en donne la peine, tout démonter.

.

Parce qu'il est s'est mis lui même hors de tout contrôle, dans un monde où, personnage central, il a ré-écrit les règles, il est dans l'impossibilité de se remmettre en question. C'est les autres qui ont tord, point. La critique ayant été bannie de son entourage, ne restent plus que les moutons pour bêler. Ce qui n'aide en rien. La liberté de Prince a un prix.

.

Même si c'est dur à avaler, je résiste.

Parce que ce fait là m'intéresse : être contemporaine de Prince, pouvoir continuer le travail d'archive et d'analyse me fascine prodigieusement.

Ça va vraiment au-delà de la qualité de la musique, et de la qualité des concerts.

.

Je prendrai le maximum que je peux de cet album en restant positive.

.

J'irai à Londres en sachant que je risque d'être autant déçue qu'emballée : je prends le risque.

J'essayerai d'assister aux aftershows comme je pourrai, en toute simplicité, sans me prendre la tête, tout en sachant que question Jazz, Prince est aussi capable du pire comme du meilleur (surtout quand l'after consiste à laisser jouer le groupe et gratter 5 minutes soi-même).

.

Si Prince ne me/nous convient pas/plus, et bien comme quelqu'un l'a justement dit sur la PABWML, il y a d'autres albums qui ont la capacité de me/nous mettre par terre.

.

Chaque année j'arrive à en trouver au moins un. Mais ça ne me donne toujours pas une raison de décréter qu'un de ses albums est de la merde.

.

Message personnel : "Fred je préfère que tu me dises que tu détestes, mais n'étant pas musicien, tu peux pas avoir ce genre de jugement de valeur (c'est de la merde) sur une composition musicale.

Tu me diras que je chipote la sémantique, mais non : Jordi (Dur d'être un bébé) c'est de la merde Crazy Frog c'est de la merde. Je me permets de juger ça comme ça parce que ce n'est justement pas de la musique."

.

Je pense que Prince a encore des choses à nous raconter, et que nous devons aujourd'hui nous faire deux fois plus violence pour les décoder. Car même quand on s'efforce de dire tout, saud l'essentiel, on raconte quand même quelque chose.

Tout est dans les chansons, d'où mon besoin criant d'obtenir les paroles.

.

Alan Leeds disait quelque chose que je me répète souvent : on le connait tellement bien, depuis longtemps, qu'il aura toujours de plus en plus de mal à nous étonner, à nous surprendre. Parce que cette capacité là, au bout de 30 ans, s'est considérablement erodée.

.

Il faut en prendre notre parti, c'est un fait avéré. Rien ne sera jamais plus comme avant, la seule question est : "Can you keep up" ?

Allez peace.
BLR

p.s. : les photos qui illustrent cet article viennent de la performance du 07.07.07 à Minneapolis, Macy's (Pionneer Press) sauf la dernière, du 30 juin 2007 à Los Angeles, Hotel Roosevelt (W.image press S.H.).

Publié dans Albums

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Slone 10/09/2007 23:16

Brillant article !Il y a plusieurs points importants qui sont abordés, j'avais envie de completer de quelques éléments.Mick Jagger, dans une interview il y a une 15aine d'année, parlait du syndrome "C'était mieux avant" : quand on a eu du succès, tout ce que l'on sort après est "moins bien qu'avant", pour des tas de raisons dont celle que tu as évoquée : - il faut parfois du temps pour comprendre et accepter un album - l'impression de redite parce que c'est le même artiste (ben oui, il ne peut pas se réinventer depuis à chaque fois ) - un point que tu évoques dans une phrase et il suffit d'avoir lu du René Girard pour s'en convaincre, c'est la pression "sociale", la reconnaissance du fait culturel que représente ou non un nouvel album et le fait qu'on est tenté d'en vouloir à l'artiste de nous rendre marginaux dans la société parce qu'on le suit alors qu'il n'a plus autant de succès, etc.J'aime beaucoup la partie sur la vie de Prince et l'évolution de son point de vue.Comme beaucoup d'autres admirateurs, j'avais aussi remarqué que certains aspects fondamentaux des albums des années 80s avait progressivement disparu : l'urgence, la rage, la libido survoltée, etc. Et une tendance à devenir insipide, voire donneur de leçon.Mais, en y réfléchissant bien, je me suis aperçu qu'ils étaient nombreux à avoir souffert de cela sous une forme ou une autre : Stevie Wonder, Paul McCartney, Sting, Peter Gabriel, Iggy Pop, etc.Cela n'a pas toujours des conséquences négatives, Peter Gabriel en a dégagé un univers cohérent. Iggy Pop qui partait de loin dans la provoc a trouvé un équilibre très sympathique. Mais Stevie Wonder par exemple, m'a donné l'impression de s'être affreusement "enguimauvé" du jour au lendemain.Il y aurait, semble-t'il , un âge pour une verve libidinale, toute en energie, provoc, et un âge pour distiller le fruit de son expérience. Et ce n'est pas propre aux artistes. Le contraste entre les différentes phases sont très variables selon les gens mais il est presque toujours évident. Prince est rentrée dans une phase qui correspond à son âge. Je crois qu'il ne faut plus s'attendre à retrouver un morceau genre Darling Nikki sur aucun de ses nouveaux albums.Quitte à passer pour un affreux scientiste (c'est pas très à la mode), il faut savoir que si les aspirations d'un gamin de 20 ans ne sont pas les mêmes que celles d'un bonhomme de 50 ans, ce n'est pas seulement parce que la vie a marqué le plus agé, mais aussi parce que biologiquement, ils ne sont plus les mêmes. Selon les âges, les hormones ne sont plus du tout dans les memes proportions dans le cerveau ce qui met dans des dispositions mentales complètement différentes (sans compter les effets sur la prise de poids mais c'est une autre question lol).En ce qui concerne Prince spécifiquement, s'ajoute un autre élément biographique et l'affreux scientiste que je suis ici va faire un peu de psychologie de comptoir : Prince a une personnalité torturée par l'absence d'un modèle patriarcal bien défini, sur lequel se serait surajouté ses autres influences. Au lieu de cela, il y a eu un grand flou là où il y aurait dû y avoir un référent de base, et ses nombreuses influences musicales sont devenus centrales dans sa vie, ce qui expliquerait sa dévotion qui semble quasi fanatique à la musique et à sa tendance à vouloir adopter des papas dans le vivier de ses idoles de jeunesse : Georges Clinton, Miles Davis, Maceo Parker, etc.Et ce retournement de personnalité dont tu parles me semble confirmer ce que je ressens de lui : il est, depuis toujours, hystériquement en quête de lui-même, toujours à se réinventer un personnage, à l'affiner, le perfectionner, puis à le détruire, à recommencer, etc. Un peu comme tout le monde, mais en bien pire ! :)Quand je dis qu'il est en quête de lui-même, ça peut surprendre, tant sa personnalité nous parait forte et bien défini. Mais ce n'est pas nous qui le cherchons, c'est lui-même qui se cherche, parce qu'il lui a manqué un modèle et il est probable qu'il n'arrivera jamais au bout de cette démarche. Il sera toujours changeant.Quand le papa spirituel Larry Graham lui apprend la bonne parole des témoins de Jehovah, il va s'investir totalement du rôle de témoin de Jehovah au point de changer les paroles de sa chanson The Cross en The Christ et à se refuser de chanter certains mots trop salaces pour sa nouvelle religion.Puis, ils se lassent de Larry Graham qui part mener sa vie et lui la sienne, et son intérêt pour d'autres personnalités (peut-être Al Gore ? lol) va le transformer en ecolo le temps d'un ou deux albums.Il est bel et bien humain, notre Prince, et c'est rassurant... :) Des albums de Prince d'aujourd'hui, je retire un intérêt intellectuel du fait de la qualité de la production, du savoir-faire dans les compos, de l'interprétation qui, hélas, ne me surprennent plus, mais sont toujours de qualité. J'y renouvelle ainsi mon infaillible admiration pour ce que je detecte de son travail passé. Quand j'ai le plaisir de le voir en concert, l'ambiance electrique, l'energie du live insuffle généralement aux morceaux la dimension "viscérale" qui me manquait sur l'album.

jerem373 18/07/2007 21:04

Salut Bahn !
je ne vais pas aller aussi loin que toi dans l\\\'analyse car je n\\\'ai entendu que 4 titres de l\\\'album : guitar ,planet earth ,chelsea rogers et futur baby mama pour moi le seul vrai titre de Prince est le 1er "guitar" FANTASTIQUE single avec feeling monstrueux ,solo personnalise et dejante bref le seul vrai Prince pour moi finalement ,le seul titre a la hauteur de sa reputation les 3 autres me semblent "mou" sans emotion et la je me dit que pour son "oeuvre" il aurait dut laisser les bootleger s\\\'en charger , franchement je suis decu je n\\\'avais pas trouve 3121 genial et j\\\'attendais comme beaucoup d\\\'entre nous un gros album de Prince c\\\'est la 1ere fois depuis que je l\\\'ecoute que je n\\\'acheterais  pas un de ses disques ...j\\\'attends  le live ce qu\\\'il a toujours fait de mieux finalement , un grand merci pour ton travail et tes infos

bhanlarouge 19/07/2007 00:03

Jerem, l'album circule très largement sur le torrent désormais, il est très facile de se le procurer en son .flac
Peace. BLR

raphy 12/07/2007 12:34

Bhan toujours aussi passionnante ;) Je n'ai pas encore tout lu, mais c'est parce que le debut de ton article faisait dejà naitre en moi le désir d'etre en face de toi et d'en parler vivement comme nous le faisions enfant.. enfin moi j'etais enfant et toi deja grande car tu es beaucoup beaucoup plus vieille que moi :) Plus sérieusement , a propos des albums déroutant de Prince, qui "nous dérangent dans notre petit confort.". C'est en partie a cause de ça que j'ai voué un culte a cet artiste qui a conditionné ma vie.  Parce que je me disais "mais comment ai je pu jeter ce disque au debut et etre dans un tel bonheur ensuite en l'écoutant". Exactement comme toi j'ai vécu cette déroute avec around the world, parade, lovesexy, sott, batman, mais aussi avec les anciens albums que je découvrais dans le meme temps. Prince pendant des années a inventé son son. Il n'a peut etre rien inventé musicalement comme aime le dire ses détracteurs, mais il écrivait son histoire. Donc nous étions aussi désorienté par ses propres découvertes. Ce qui était dingue c'est que sans etre "fan" a ce moment, je n'aimais pas les disques au moment ils sortaient, ET POURTANT je les achetais, et en plus je les écoutais plusieurs fois. Quel pouvoir incroyable il avait. Me donner envie de remettre sur ma platine un disque que je n'aimais pas. Effort que je ne faisais avec aucun autre artiste. Donc inconsciemment il devait bien se passer quelque chose. Je ne suis pas nostalgique de cette période. Prince évolue, grandit , vieillit, et je ne lui demande plus de reproduire cela.. Je ne lui demande rien d'ailleurs car il ne me doit rien. Et avec le bonheur que j'ai eu ces 25 dernieres années grace a lui je n'ai pas a me plaindre. La ou je ne suis pas d'accord avec toi (ok j'ai pas encore tout lu j'insiste), c'est lorsque tu fais une sorte d'analogie entre le dérangement (ou déroute) que causaient ces albums mythiques dans notre quotidien et paysage musicale de l'époque, et Planet Earth. Le plus grand problème que j'ai avec Planet Earth, et c'est toi qui m'aide a définir ce problème, c'est qu'il ne me dérange pas. Je suis immédiatement plongé dans quelque chose ou je me sens "comme a la maison". Sauf que je me retrouve dans "la maison" que j'ai quitté il y a 10 ans et ou je n'ai pas envie de retourner. Je ne vais jamais faire une critique du type "planet earth n'invente rien".. Je m'en branle de ca. Quand Prince prend une guitare et balance un blues, une ballade ou une perle funky, il n'invente rien, mais c'est tellement bien fait que je prends mon pied. Comme un chef cuisinier qui te fait... une tarte aux pommes. C'est un classique, mais celle du chef est a 1000 km de celle en plastique d'une mauvaise boulangerie. Je n'évoque pas ici la qualité musicale. Je parle du ressentiment face a un disque. Quand 3121 est sorti il ya des titres qui se sont faits abattre par presque tout le monde : BLAB, love et meme te amo corazon.. Peu importe que j'aime ou non ces titres, malgré tout, meme si ils etaient en dessous de ce que prince peut produire, de son talent, de tout ce que tu veux.. Je n'etais pas en face du meme sentiment. Malgré tout pour moi BLAB ou Love me faisait me dire "tiens Prince peut (ou veut) faire un titre comme ca ? Ben ok pourquoi pas" Avec P.E. a aucun moment je n'ai ressenti cela (quelques frémissements ci et la , mais bon...) Tu ne peux pas savoir le déchirement que c'est pour moi de m'ennuyer dans un disque de Prince. Ce n'est pas juste de la déception c'est un vrai "problème". Car je me suis toujours raccroché a des choses.. des sons, sa voix, la mélodie, ou sur des titres funk sans grande originalité , le groove, les arrangements etc.. La je m'ennuie. Ok je trouve le morceau Planet Earth agréable car j'aime sa voix, seule, avec juste le piano au debut.. ca me parle.. Oui je bougeotte sur Chelsea...Mais bon, Je ne cherche meme pas a argumenter en tentant d'analyser le disque. Je ne comprends pas qu'on puisse se réjouir que Prince fasse ce genre de musique. Je me suis exprimé sur les clivage funk/Rock, je n'ai jamais rangé prince en funk, jazz, rock, pop, et peu importe mes preferences. Alors que je suis fan de funk, et donc de Prince, je poussais des hurlements aux concerts quand il jouait bambi, she's always in my hair, the ride, live 4 love, joy in repetition et j'en passe... Donc je ne suis pas déçu, comme j'ai pu le lire, que Prince face un disque de Rock. Pour te donner un autre exemple je ne trouve pas que Prince excelle dans le Jazz, disons que quand tu ecoutes du jazz, NEWS c'est bien sympa mais bon...Et bien j'ecoute NEWS parfois, et je trouve interessant qu'il y ait ce disque au milieu de sa disco.. je te donne ce genre d'exemple juste pour t'expliquer ma position. Mais la ce qu'il me donne a écouter, ce n'est pas sérieux, je m'en tape qu'il soit léger, pop, sucrerie rock, que ca sonne comme il y a 20 ans...  Je ne vais meme pas aussi loin. Chacun des titres de ce disque existe dans sa discographie en 1000 fois mieux. Il n'y a aucune déroute.. Alors après bien sur que quand le disque va sortir je vais me laver le cerveau, et comme Prince est un artiste qui me parle, et bien je vais aller a la peche d'éléments qui vont m'aider a sauver (pour moi) ce disque... Mais pour la première fois de ma vie, après la première ecoute, ne possédant pas l'album, je n'avais meme pas hate qu'il sorte pour replonger dedans. Crois moi c'est violent comme claque. J'espère que je me reveillerai et que je le trouverai grandiose ds quelques temps.. Mais franchement je doute, car je préfère encore mille fois la fraicheur des gotta stop, horny toad, sister, i'm yours et j'en passe, que les espèces de bidules pop fm a la tokyo hotel de P.E. rendez vous demain soir pour le célébrer quand même :) Petite parenthèse de fin, pour rapidement répondre a juniorthierry, je pense que les gouts et les couleurs ca se discute.. je sais, ca semble pas super démocratique, et c'est pas "a la mode" mais ca se discute. Je ne dis pas que les avis de chacun ne doivent pas s'exprimer ou exister. La ca serait de l'abus. Je pense que tout le monde est libre d'avoir ses gouts et d'en parler. Mais je pense qu'on peut le discuter et meme le critiquer. Avoir un avis, n'est pas un bouclier. Il y a des avis misérable, des avis qui ne tiennent pas la route ni une contre argumentation bien menée, bref... personnellement je pense qu'un avis est discutable. C'est mon avis. Et si tu le discutes, c'est que tu es d'accord donc tout va bien ;)

bhanlarouge 12/07/2007 17:08

Raphy, RV est pris vendredi, ça va chatter !
Au travers de ton long commentaire, et aussi de ce très long mail sur la PABW, j'ai l'impression que tu vis avec P.E. ce que j'ai vécu avec le dernier Depeche Mode.
Tu sais comme je suis fan de ce groupe depuis toujours, que j'ai aimé depuis les débuts, collectionné comme je l'ai fait pour Prince, mais avant que l'artiste m'emporte. Fidèle, j'ai appliqué à DM les mêmes méthodes que pour Prince, à savoir, à compter de Ultra, faire des efforts alors que tous les albums précédents m'avaient emporté comme une lame de fond.
Et puis boum, patatras, le monde s'est écroulé quand j'ai entendu Playing The Angel. J'ai détesté cet album de suite, et n'ai fait aucun effort pour me l'approprier, peut-être 1 composition m'a touché, le reste j'ai trouvé que c'était de la redite. Là où j'aimais un DM noir, les misères d'un Martin Gore dépressif m'ont gonflé.
Et au concert, je suis restée de marbre quand ils ont chanté les titres issus de l'album, alors que je pleurais sur Shake The Disease.
Je me suis vraiment demandée ce qui m'arrivait, d'autant plus que cet album était plébiscité par tout le monde. Un comble. Pour reprendre la provoc de Fred, DM avait produit un album de merde. J'ai continué d'acheter les disques, par habitude, pour la collection, et parce que je ne veux pas renoncer à la première anicroche. Mais j'ai été sérieusement secouée.
Par la suite, je me suis posé le genre de questions que j'aborde dans mon article, est-ce que le fossé ne s'est pas creusé entre ce qu'ils ont à dire (et oui toujours les paroles capitales) et ce que j'ai envie d'entendre.
Sans que cela devienne une excuse, j'ai compris que moi aussi j'avais énormément changé depuis les années 80. Cela ne rend pas un album moyen, formidable. Mais il me semble que ça explique en partie pourquoi d'un coup, leur prose ne m'atteind plus.
Pour revenir à Prince, j'ai beaucoup réfléchi à ce qui a été exposé dans Possessed, ce manque d'inspiration croissant depuis les années 80. Certains pourraient fort bien arguer que P.E. répond à cette logique, et qui sait, ils auraient sans doute raison.
Je ne prétends pas avoir assez de science infuse pour décréter qu'un album est bon ou mauvais dans l'absolu. On donne souvent son avis proportionnellement au plaisir que l'on retire de l'écoute.
Hors hier soir, j'ai eu beaucoup de plaisir à lire et ré-écouter l'album. Je suis pas en train de faire genre je fais des efforts pour être positive malgré tout. C'est tout à fait sincère. Que l'album ne dénote pas par son originalité, je suis à 2000% d'accord. c'est tout du déjà vu, déjà entendu, et nos professeurs de français si on leur avait fourni un devoir comme ça nous auraient écrit en gros dans la marge "paraphrase".
Mais, et je concluerai par ça, je ressens des choses à l'écoute de cet album, du plaisir. Depuis longtemps Prince n'avait pas autant "visé juste" sur des problèmatique dont j'ai fait l'égale expérience. Et ça emporte tout le reste.

Laurent F 12/07/2007 12:14

Bonjour Bhan, mon verdict est trés similaire au tien (sauf pour Chealsea Rodgers que j'ai adoré dés la 1ére écoute)...Trés bon voir excellent. Je suis ravi que Prince revienne à la pop en "féminisant" sa musique que je trouvais souvent trop "masculine" (cf: New Power Soul): thank W&L. Je suis d'accord pour penser que Mr Goodnight est le misscasting de l'album car ce morceau semble appartenir au monde précédent de Prince (méme si ce morceau est assez agréable en lui-méme).
Mais ce qui me bluffe le +, c'est que ce disque me fait revivre des impressions de jeunesse: révélation aux découvertes de Around the World in a Day & Parade, il y a 20 ans déjà !! D'ailleurs, Planet Earth semble sortir tout droit de cette mouvance et constituer une 3éme partie d'une trilogie en forme de patchworks musicaux.
Pour info, Rock & Folk s'est encore planté avec leur chronique de Planet Earth (2 étoiles sur 5), surement écrite aprés une unique écoute...Ne les blamons pas, ils sont parfois dans le juste (Rainbow Children, One Night Alone Live...)
PS: je signale également aux afficionados la sortie du 1er album posthume de Rick James (Deeper Still) à la production clinquante mais aux morceaux si excellents qu'on jurerait entendre une production princiére. Le + parlant étant "Funk wit Me", sorte de "We can Funk part 2" que Prince a oublié d'écrire...RIP

Supercalifra 11/07/2007 23:55

Bon je vais attendre le 17 pour dire ce que j'ai a dire ; ). En attendant je m'aère l'esprit et j'écoute l'album Blues de Jimi Hendrix, ou un petit solo de Keith Jarrett, ou même une cover de Janis par Pink http://www.youtube.com/watch?v=IsoxuKhYZeY ... Y a pas que Prince dans la vie : )